Qu’est-ce que l’hédonisme ?


Dans un monde où chacun cherche à sa manière, à maximiser ses plaisirs, parler d’un terme philosophique comme l’hédonisme, n’est pas hors de saison. Elles peuvent être certainement nombreuses, les personnes qui découvrent pour la première fois, cette expression. C’est pour cette raison, que cet article se donne pour but de définir ce mot et présenter ses particularités, afin d’éviter toute confusion aussi bien au niveau du sens que de son emploi.

Définition et présentation de l’hédonisme

L‘hédonisme dans sa définition au sens large, désigne une doctrine philosophique. Selon ce courant de pensée, le but de l’existence humaine, c’est d’une part la recherche active du plaisir sous toutes ses formes, et d’autre part, vivre de manière à éviter la souffrance au sens large du terme. Ainsi défini, il appartient au Cyrénaïsme, école de philosophie grecque du IVe siècle avant Jésus-Christ, qui a pour fondateur Aristippe de Cyrène, connu pour être l’un des disciplines de Socrate. L’hédonisme s’oppose par conséquent, à l’eudémonisme qui est une invention des Stoïciens et des Epicuriens, pour qui le but de la vie réside dans le bonheur et non dans les plaisirs. Pour eux en effet, les plaisirs quand ils sont naturels, constituent un moyen pour parvenir au bonheur. Ainsi, si chez les hédonistes, les Hommes doivent œuvrer à la maximisation de leurs plaisirs quels qu’ils soient, les Epicuriens enseignent la nécessité de les maîtriser pour ne consentir que ceux qui sont naturels et indispensables.

Tout sur l’origine de cette doctrine

L’hédonisme est un courant philosophique, dont les origines remontent à l’Antiquité et qui se rattache de façon absolue à Aristippe de Cyrène et son école qu’il a fondée. C’est une doctrine également associée, comme on l’a précédemment mentionné, à Epicure. Si Cyrénaïques et Epicuriens peuvent revendiquer la paternité de cette pensée philosophique, il convient toutefois de souligner que leurs définitions du plaisir s’opposent. Dans l’histoire, Jeremy Bentham et John Stuart Mill sont des noms auxquels on peut penser quand on évoque un terme comme l’hédonisme. Le premier est l’origine du concept d’utilitarisme, qu’il présentait comme un calcul hédoniste. Il vise à travers sa doctrine, une systématisation de l’idée de mesure des plaisirs dans le Philèbe de Platon.

Que recouvre concrètement une pensée philosophique comme l’hédonisme ?

Jusqu’à présent, on peut encore se demander ce qui prédomine dans la façon de vivre des hédonistes, dans la mesure où la définition et les explications qui la suivent sont toujours dans le giron de l’abstrait. C’est pour cette raison que l’objectif final va consister à rendre plus accessible ce mot, en dévoilant quelques-uns des thèmes communs à tous ceux qui se réclament de cette doctrine philosophique. On retrouve chez ces derniers, des thèmes chers tels que le bien social, la pratique des exercices physiques, les plaisirs de la table, la sexualité, la tendresse, l’amitié, la noblesse d’âme, la lecture, le savoir, la conversation et les sciences de manière générale. Pour les tenants du courant hédoniste, sont à éviter absolument les déplaisirs et les douleurs, tels que les privations, la violence, la soumission à un ordre imposé, les relations conflictuelles ou encore l’humiliation et le rabaissement.